Julia Coudert
INTERVIEWS

INTERVIEW DE JULIA COUDERT, WEBPRENEURE ET FONDATRICE DE I DON’T THINK I FEEL

Rencontre avec Julia Coudert, webpreneure et blogueuse

 

Julia, on l’a découvert par hasard sur le web. Enfin, en réalité pas tellement par hasard puisque c’est une professionnelle des réseaux sociaux et de la stratégie web. Elle a sans doute tout fait pour qu’on la trouve 😉

On a d’abord découvert son blog I don’t think, I feel, puis son Instagram, son Pinterest… bref je dois dire qu’on a été assez impressionné par la qualité de son contenu. Du coup, on a voulu en savoir plus 😉

Julia Coudert

Alors Julia qui es-tu ? Que peux-tu nous dire sur toi ?

Je m’appelle Julia, j’ai actuellement 27 ans et je vis à Clermont-Ferrand en Auvergne.

 

Julia CoudertQuel est ton métier, enfin tes métiers ?

Je suis community manager Freelance depuis 2013. Depuis le début d’année 2018, je m’oriente de plus en plus vers le « social media management » car je fais de moins en moins d’opérationnel et de plus en plus de stratégie pour mes clients. Je travaille aussi bien pour des indépendants que pour de grandes entreprises. J’adore mon job : je le trouve varié, responsabilisant et hyper stimulant au quotidien !
Depuis 2016, j’aide celles & ceux qui veulent se lancer en Freelance via mon site www.idontthink.fr . Je publie régulièrement des astuces pour réussir en Freelance -des outils aux erreurs à ne pas commettre, en passant par les états d’âme du Freelance- et depuis 1 an, je « coach » celles et ceux qui ont besoin d’un guide, d’un soutien ou d’un « business bestie » pour avancer.

 

Peux-tu nous raconter ton parcours pour en arriver à ces métiers ?  

Je n’ai pas du tout le parcours scolaire qui va avec ces différentes casquettes. J’ai fais un BTS Assistanat de Gestion PME-PMI et un Bachelor en Ressources Humaines. Rien à voir donc ! Ma scolarité m’a terriblement aidée à intégrer la rigueur dans mon quotidien.
Par la suite, grâce à différents contacts et opportunités, j’ai décidé que je voulais être community manager. J’ai étudié seule, grâce à toutes les ressources que l’on trouve sur le web. Puis j’ai -beaucoup- pratiqué pour me perfectionner et me faire mon expérience.
5 ans plus tard, je suis capable de dire que je n’ai pas eu besoin de diplôme pour décrocher mes premiers clients et pour célébrer mes réussites dans ce domaine 🙂

 

Julia CoudertTu es ce qu’on appelle une slasheuse, comment gères-tu tous tes métiers, notamment le web et le coaching ?

J’ai une organisation de dingue -dans le sens millimétré du terme-. Je ne laisse rien au hasard, ou presque. Heureusement, j’ai des outils qui sont là pour m’aider -Trello et Things notamment- ! Mes tâches ont toutes une date de réalisation précise, et mes journées sont organisées en bloc de temps dans lesquels sont rangées ces tâches : réseaux sociaux / blogging / marketing / coachings / recherche & développement / prospection.
Au quotidien, ça revient à « switcher de cerveau » sans arrêt. Un matin je crée et je gère des publicités Facebook, l’autre je rédige des billets pour les Freelance, ou alors je fouine le web pour apprendre à faire un bot messenger surpuissant.
Mes journées ne se ressemblent pas, et ça nécessite une organisation sans faille, pour fournir un travail impeccable à mes clients en community management, ou à mes coaché(e)s Freelance.


Julia Coudert

J’ai vu sur ton site que tu avais réalisé 297 crachins, qu’est-ce-que ça fait ?

C’est ouf. Et si je prenais en compte le coaching gratuit « Les bases du travail en Freelance » ce serait encore plus ouf. Je suis sans arrêt débordante de reconnaissance quand je reçois les remerciements de celles et ceux qui me lisent et qui me suivent régulièrement. Je suis profondément satisfaite de les aider au quotidien et de leur donner la pêche pour s’accrocher et réussir à vivre de leurs business.

 

Tu tiens le blog I don’t think, I feel, où tu racontes ta vie de freelance, comment t’es venue cette idée ?

J’en ai tellement chié -pardonnez-moi l’expression- quand j’ai commencé que j’avais besoin d’en parler quelque part. Au départ, c’était simplement un blog où je racontais mes joies et mes peines de Freelance. Mes désillusions parfois.
Et petit à petit, à force de recevoir des mails de questions, j’ai voulu aider celles et ceux qui se lançaient. Pour ne pas qu’ils abandonnent, pour qu’ils se sentent moins seuls, mais surtout pour les aider concrètement lorsqu’ils étaient face à des problématiques que j’avais déjà rencontrées.

 

Julia CoudertTu parles très peu de ton métier dans de social manager sur ton site ; il n’y a pas de page consacrée à ça, comment trouves-tu tes clients ?

Tout simplement car sur I Don’t Think, on y parle beaucoup vie de Freelance et peu de social media. Ce n’est pas un site pour les community manager Freelance, c’est un site pour tous les Freelance. Petit à petit, il y aura des billets dédiés social media, mais toujours pour répondre à la question : comment promouvoir son offre ?
Je trouve mes clients essentiellement grâce à mon réseau et au bouche à oreille. Certains tombent sur mon site internet www.juliacoudert.fr , mais 70% de mes prestations sont issues de mon réseau.

 

Tu habites à Clermont-Ferrand, qui n’est pas une ville centrale, est-ce un handicap pour développer ton activité ? Est-ce que skype suffit ?

Du tout, au contraire ! Mon travail est sur le web et ne nécessite pas de voir mes clients en face à face régulièrement. D’ailleurs, toutes mes prestations se font à distance. Et effectivement, Skype suffit à communiquer et à s’organiser 🙂 . Mon terrain de jeu n’est donc pas uniquement basé à Clermont-Fd, mais bel et bien dans toute la France.
J’ai également des clients locaux, que je reçois ponctuellement dans l’espace de coworking dans lequel je bosse. La synergie du lieu est propice aux collaborations entre Freelance, donc le « business » est officiellement partout.
Les principaux avantages de Clermont : le faible coût de la vie, l’animation -culturelle et entrepreneuriale- et les montagnes à deux pas !
 Julia Coudert

Tu t’imagines où dans 1, 5, 10 ans ?

Comme je le disais dans un vieux billet : je n’en sais rien, et je m’en fous 🙂 . Je me complais dans l’inconnu, je m’épanouis dans un futur incertain et je suis satisfaite de ne rien savoir. Laisser place à l’inconnu, au destin, aux opportunités… c’est la vie ! Savoir où on va c’est se fixer des limites, ça ferme des portes.
Peut-être que dans 10 ans j’aurais fais un TEDx, que j’aurais ouvert une boutique de carnets -une de mes grandes passions-, ou que j’aurais lancé un incubateur à Freelance ! Je ne sais pas, tu ne sais pas, et tant mieux ! 🙂

 

Si tu devais n’en choisir qu’un, quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui veut se lancer en freelance ?

Je lui dirait de se concentrer sur deux choses : la discipline et la persévérance. Car sans ça, il aura des difficultés à avancer et à réussir. La discipline, à la fois dans son travail pour ses clients, mais aussi un développement d’auto-intégrité, qu’il puisse se faire confiance à lui-même. Et la persévérance, parce qu’il en faut pour mener son propre business !

 

Où la trouver ?
Son site pro : Julia Coudert
Ses réseaux : Icône Facebook  Icône Instagram  Icône Pinterest
Cet article vous a plu ? Cliquez sur l’image et épinglez-la sur Pinterest 😉
 julia coudert
Rendez-vous sur Hellocoton !

3 Comments

  • Marie-Line

    J’adore ces interviews ! On y découvre de belles personnalités, au parcours inspirant et je trouve que c’est vraiment motivant ! J’aime beaucoup son état d’esprit, ses conseils et sa vision de son travail ! Ca à dû être un plaisir de travailler avec elle ! Merci pour la découverte encore une fois !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *