BLOGUEUSE
INTERVIEWS

INTERVIEW D’ELODIE SPAAK, BLOGUEUSE ET COACH

Rencontre avec Elodie alias Douce Mélodie

Elodie je l’ai rencontré il y a quelques mois, au tout début de nos blogs respectifs. Elle fait partie de ces chouettes rencontres faites sur Instagram. On vous l’a déjà raconté mais on a  pris un café un après-midi à Paris toutes les deux avec Mélanie du blog Wonder Wild Queen. Nous avions en commun nos blogs mais aussi la reconversion professionnelle qu’on débutait chacune dans notre voie. On s’est tout de suite très bien entendu et on s’est revu par la suite.

J’ai eu envie d’interviewer Elodie parce que c’est une femme inspirante. Elle a eu le courage à presque 30 ans de prendre la décision de changer radicalement de vie. Je vous laisse avec l’interview pour découvrir son univers.

Elodie spaak

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Elodie, j ‘ai 29 ans. Je suis née dans les montagnes -près de Grenoble- et vis maintenant en région parisienne depuis 20 ans. J’adore la nature, les animaux, les livres , l’écriture, l’art sous toutes ses formes.

blogueuse
Tu étais fleuriste il y a encore quelques mois, pourquoi as-tu décidé de changer de vie ?

En fait je ne me suis pas vraiment rendue compte que je décidais quoi que ce soit sur le moment ! J’avais juste besoin de m’arrêter, me recentrer. J’avais bossé comme une folle pendant des années, et je m’étais perdue en chemin. Le changement s’est littéralement imposé à moi, plein de « coïncidences » se sont mises sur mon chemin. Etant très instinctive de nature j’ai décidé de les écouter, et de les suivre !

Est-ce que toi aussi tu es passée par plusieurs étapes avant de trouver ton futur métier ?

Houlà oui ! J’ai eu la phase où j’étais complètement désespérée, j’avais l’impression d’être instable, de tout rater j’étais déçue par moi-même -d’arrêter alors que je venais de décrocher un « super job » en apparence-. Puis j’ai eu la phase où j’étais perdue, je ne savais plus quoi faire, je me disais qu’avec juste un bac et un bagage de fleuriste aucune porte ne s’ouvrirait à moi, à moins de rester dans la vente.

Quand j’ai commencé à accepter de lâcher ces croyances et de me remettre en question, le coaching s’est imposé à moi, très rapidement. Mais j’entendais partout « c’est compliqué », « on en vit pas », « c’est difficile ». Et la formation que je voulais faire était très chère. Alors j’ai un peu lâché le coaching, je me suis renseignée sur d’autres approches -la sophrologie, le yoga-. Mais rien de tout ça ne me parlait vraiment. Puis l’opportunité d’une aide financière s’est présentée, et là je n’ai plus hésité une seule seconde : je voulais être coach !

 

Au niveau de tes proches, comment ça s’est passé ?

Très bien. En fait mes proches sont assez ouverts d’esprit, et me connaissent bien. Tout le monde a été d’accord pour me dire que c’est vraiment un métier dans lequel je serais à ma place, car il me correspond. Ils m’encouragent et me soutiennent dans mon projet ! J’ai toujours su que je ne serais pas fleuriste toute ma vie, ils étaient au courant alors ça n’a pas vraiment été une surprise pour eux ^^

reconversion
Quels sont tes projets pour cette année ?

J’ai démarré ma formation en février, qui va durer environ 1 an. Je suis actuellement une autre formation en parallèle pour être graphiste. D’ici avril ou mai je devrais pouvoir démarrer mon activité d’auto-entrepreneuse ! C’est vraiment mon gros projet pour cette année, dans lequel je vais devoir m’investir à fond !

Après j’ai des projets perso comme l’écriture d’un livre et d’un second ebook -suite à celui sur la reconversion-, mais je ne suis vraiment pas sûre de pouvoir tout mener de front, en plus de mes deux blogs ! L’avantage c’est que c’est du loisir donc je n’ai pas d’échéances à tenir à ce niveau là !

Peux-tu nous en dire plus sur ton métier de coach ? Tu sais déjà vers quoi tu veux t’orienter ?

J’ai envie d’être coach de vie pour adultes, pour des gens entre 18 et 50 ans disons, hommes et femmes confondus. Comme je l’ai vécu et que je vois beaucoup de gens perdus, j’aimerais m’orienter plus particulièrement sur la reconversion pro mais aussi l’hypersensibilité -je suis moi-même hypersensible-, pour aider les gens à la gérer. Mais d’ici là il y a de grandes chances que mon projet évolue !

Je pense aussi que je ferais d’autres formations suite au coaching, mais ça c’est encore à définir ! En fait j’envisage le coaching comme une base autour de laquelle viendront s’articuler d’autres approches.

 

blogueuseEt le graphisme dans tout ça ?

Le graphisme s’est imposé à moi très naturellement. J’étais fleuriste, j’ai toujours accordé beaucoup d’importance à la beauté, j’aime les choses esthétiques, je vois la beauté partout. J’adore associer les formes, les couleurs, les matières.

Suite à la création des deux blogs, je me suis découvert une réelle passion pour la création de visuels. Beaucoup de personnes m’ont spontanément incité à me lancer dans une formation –même ma conseillère en reconversion, le coaching et le graphisme ressortaient très clairement des tests-. J’ai pour projet de proposer une sorte « d’accompagnement graphique », quelque chose d’un peu différent et plutôt adressé aux auto-entrepreneurs.

 

Tu tiens le blog Douce Mélodie, peux-tu nous en dire plus ?

Douce Mélodie, c’est moi, à 100% ! J’y raconte ma vie, mes expériences, mes découvertes, mon but est vraiment d’aider mes lecteurs au quotidien ! Pour la petite anecdote, au début je voulais appeler mon blog Love & Share, mais j’étais sous wordpress.com donc je n’ai pas pu. Alors j’ai repensé à ma mère qui voulait m’appeler Mélodie quand j’étais jeune, mais qui n’avait pas osé par peur des moqueries des autres enfants. Il me fallait juste un adjectif à ajouter, et hop, en quelques secondes Douce Mélodie était né !

 

Je suppose que tes lecteurs te demandent régulièrement des conseils en développement personnel, comment gères-tu ça ?

Dans ma vie en général, et ce depuis toujours, les gens se confient naturellement à moi. Ils viennent chercher une écoute, des conseils, une épaule. Du coup je ne suis pas prise au dépourvu, j’ai l’habitude. J’essaye au maximum de ne pas être dans le jugement, d’écouter vraiment ce que la personne en face a à dire. Et, dans le mesure du possible, j’essaye de l’aider. Je me montre très disponible pour mes abonnés, je prend le temps de répondre à chaque commentaire, je trouve ça très important.

blogueuse
Comment t’es venue l’envie de bloguer ?

En fait j’adore écrire, depuis toujours ! J’écrivais beaucoup, plus jeune, je créais même des genres de BD avec l’aide ma mère avant de savoir écrire, vers l’âge de 4 ou 5 ans -je lui dictais le texte et moi j’illustrais-. Puis vers l’adolescence j’ai complètement arrêté. Je m’y étais remise un tout petit peu il y a un ou deux ans. Et quand je me suis retrouvée chez moi, au chômage avec mon projet de reconversion, j’ai ressenti un très fort besoin de partage. J’avais besoin de raconter mon parcours, et de lire celui de gens qui connaissaient la même période de turbulence que moi. Voilà comment ça a démarré, et c’est comme ça que j’ai découvert ton blog !

Tu es aussi co-fondatrice du blog collaboratif Zone Magique, qu’est-ce qui t’a donné envie de te lancer dans cette aventure ?

Mélanie ! On venait de se rencontrer, mais on a eu un bon feeling tout de suite ! En fait c’est elle qui en a eu l’idée et qui a posé les fondations, je l’ai suivie et j’ai apporté mes idées. En plus, chose assez extraordinaire puisqu’on s’est connues grâce à nos blogs, on habite à quelques kilomètres l’une de l’autre, ce qui facilite grandement les « réunions Zone Magique » ! Et puis on est très complémentaires, et ça c’est génial ! Je peux me concentrer sur les choses que j’aime faire -création des visuels, animation de la communauté Instagram, …-, et pareil pour elle !

Je suppose qu’entre ton blog, Zone Magique et tes formations c’est beaucoup de travail, quel est ton secret d’organisation ?

En fait ce moment de ma vie m’a permis de réaliser que je suis quelqu’un de plutôt organisé naturellement ! Le plus important, c’est de prioriser les tâches, et de savoir s’adapter, faire preuve de souplesse. Je me fais des check-list de ce que j’ai à faire tous les matins, et je coche au fur et à mesure. Et si je suis débordée, que je n’ai plus le temps d’écrire deux articles par semaine sur mon blog par exemple, je diminuerais !

blogueuseComment te vois-tu dans 1,5,10 ans ?

Dans un an la période « formation » sera finie, je pense que ça aura déjà changé pas mal de choses en moi, sur ma façon de voir la vie! Je serais auto-entrepreneuse !

Dans 5 ans, j’aimerais avoir pu écrire mon premier vrai livre, un livre pour partager et aider ceux qui sont perdus dans leur vie, comme je l’ai été ! Et avoir vraiment su créer un job « sur mesure », qui soit moi à 100%, qui conjugue tout ce que j’aime : l’art, l’humain, la nature.

Dans 10 ans, je me vois bien dans une grande maison avec mon chéri et plein d’animaux, et aussi un atelier, où je puisse créer toute la journée, m’éclater au niveau du graphisme tout en étant coach. Et donner des conférences, ça ce serait un sacré challenge pour moi !

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite se reconvertir ou qui se pose la question ?

De lire mon ebook ^^ Non plus sérieusement, je lui dirais de s’écouter. Et s’il ne s’entend plus, de prendre le temps de se reconnecter. Souvent les gens veulent trouver leur projet tout de suite, mais je crois que c’est une erreur. Une reconversion ça prend du temps, et ce temps est nécessaire. Il ne faut pas brûler les étapes, sans quoi on risque de passer à côté de choses qui sont vraiment importantes pour nous. Agir vite c’est possible, mais jamais dans la précipitation ! Et de croire en soi.

« Si quelque chose résonne fort au fond de toi, c’est que c’est ça. Et qu’il faut y aller. Maintenant. »

Pour suivre Elodie, c’est par ici : Icône Pinterest  Icône Instagram  Icône Facebook

Douce Mélodie

Zone Magique

Si vous avez aimé cet article, cliquez sur l’image et épinglez-la sur Pinterest

rencontre

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *